On met les voiles … dans pas trop longtemps même !

La transformation est imminente. Nous allons incessament muter en routards longue durée. Je le sens, ca vibre de partout

Ces derniers jours…

Après nos aventures portuaires, nous nous sommes attelés à prendre un peu de recul et à mettre les petits incidents matériels de coté pour regarder devant. Parce qu’au final, il faut admettre qu’on a quand même le cul bordé de nouilles d’être ici alors que d’autres sont… je sais pas, moi… au bureau!

Et ca a plutôt bien fonctionné. Nous sommes très vite passés à autre chose. Comme par exemple à la préparation du camion (qu’est-ce qu’on a comme merdier à ranger dans ce bahut!), la réparation de quelques petites choses ici et là (comme les soutes qui ont morflé), le collage de stickers (car on a un logo, nous, et oué! )

On profite aussi un peu des environs : Pajas Blancas, bien sûr, qui est la zone rurale dans laquelle nous séjournons depuis maintenant un mois et qui dispose d’une vie communautaire assez dynamique. On fait marcher le commerce local: Jules achète toutes les pierres précieuses disponibles… (à crédit, le saligot !) Et Samuel profite de nos arrêts « empanadas » pour se forger un nom au terrain de foot couvert du quartier.

Les enfants se sont aussi découverts une passion commune pour les chevaux.

Notre hôte Alfredo en a 7! Et son fils, Pierre, les fait chevaucher quotidiennement dans le pré… autant vous dire qu’il est leur meilleur copain (je ne sais pas comment il supporte les 100 requêtes à la minute) et qu’on a du mal à les endormir… Par contre à 6h45, ils sont levés, les saloupiots ( » Viiiite, on doit nourrir Galaxia et Bonita ! »… ouai ouai… vas-y…)

Et puis on s’est fait encore quelques journées à Montevideo, que nous aimons sous toutes ses formes et que nous connaissons plutôt bien maintenant: la vielle ville avec son port marchand et ses rues pietonnes à l’Ouest, la ville commerciale, parsemée de petits parcs ombragés et endormis, sans jamais être stressante, au centre. Et les quartiers récents, hérissés d’immeubles luisants et bordés de longues plages suaves et surfables à l’est.

On veut notre piqure !

Mais ce serait oublier notre quête de la 3eme dose ! Celle là commence à être dans toutes le bouches ici. Il y a fort à parier qu’elle sera requise pour les passages de frontières un peu partout dans quelques mois et, chance du voyageur, nous nous trouvons dans le seul pays qui est tellement vacciné qu’il offre des injections à la poignée de touristes qui ont réussi à s’y incruster (dont nous).

On décide donc de rester en Uruguay afin de recevoir ce sésame des temps mordernes. L’Argentine peut bien attendre quelques jours de plus, non?

Sauf que le département IT du gouvernement d’Uruguay doit être en grève ou malade car, si tout nous confirme que nous sommes éligibles à cette 3eme piqure (oui, tout! Les journaux qu’on se tape, l’hopital qu’on visite, les vaccinodrômes, les services de santé qu’on harcèle… oui, on a fait tout ca !), le formulaire d’inscription en ligne (seul moyen de prendre un rendez-vous) ne peut recevoir nos numéros de passeport parce que … ben, il y a des lettres dedans-heu !

S’ensuivent 1000 coups de téléphone ici et là pour expliquer notre cas. 1000 appels où la conversation ressemblera à l’étape « administration » des 12 travaux d’Asterix. Mais en espagnol, ce qui est tout de même plus chantant, vous serez d’accord avec moi.

Pour l’anecdote, Marie parvient même à se connecter au ministre de la santé d’Uruguay sur LinkedIn et lui explique tout en direct ! Bon y’a plus qu’à ce qu’il réponde…

Les prochains jours

On en est là, aujourd’hui. entre vaccination et départ

On avait finalement pris la décision hier d’aller se faire vacciner près du poste frontière à quelques jours de route. Au moins, on avancerait.

Et puis d’autres nouvelles sont tombées hier soir: les postes de frontières plus proches vont ouvrir incessement sous peu. Du coup, un depart précipité n’est plus si utile que ca. Donc on reste encore un peu 😀 ! Pour le plus grand plaisir des enfants qui se sont attachés à nos hotes et leurs chevaux, et qui avaient le coeur gros de devoir partir… et nous aussi un peu

Édit du 14 décembre ..NEXT

Bon, on va partir, oui ??!

Oui.

D’ailleurs, c’est demain. Demain a 11:00 heure locale, nous serons sur les routes… Nous n’avons pas pu nous faire vacciner et on s’est dit basta, faut avancer. Et que c’est un signe du destin sui nous informe qu’il y a bien des antennes 5G dans la seringue et tout.

On a parfois des fulgurences de ce qui est en train de se passer.

Demain soir on bivouaque. On est sur la route.

Demain soir, on est SDF.

Demain soir, on concrétise toutes ces images qui nous ont possédés, motivés, animés ces dernières années.

Tenez bon, on vous jure, ceci est bien un blog de voyageur en camion !!

7 commentaires

  1. mzsje dit :

    Très belle photo de famille, Heureux de rouler Jonathan ?
    C’est reparti ! Nouveau départ, nouvelles rencontres… que du bonheur quoi !

    Gros bisous à vous tous

  2. jonathetmarie dit :

    redis nous ca demain !! 😉

  3. Jeremie Sophie et les filles dit :

    Super photos… allez chercher un peu de neige pour noel quand même !! 😂😂 yen a au sud du Perou il parait 😂😂😂

    1. jonathetmarie dit :

      t’es sûr ?? alors c’est parti !!!

      1. Magali dit :

        Ah la lecture d’un blog de voyage, dans son canapé, c’est cool!!! Je me demande bien ou vous pouvez être rendu à cette heure ci!!!

  4. Gaetan dit :

    Au top… Du coup on vous souhaite un joyeux départ ce matin vers de belles aventures.. Tenez nous au jus. gaet/math/zo

  5. Anonyme dit :

    Des bisous à tous

Laisser un commentaire